Ils sont tous venus, ses amis, ses proches, ses collègues de travail ainsi que sa famille venue de Martinique. La mère de Yohann Lavenaire est arrivée il a quelques jours de Saint-Marie. Reconnu comme un garçon aimant la vie, sans histoire, personne n'arrive à comprendre comment un tel drame a pu se produire il y a huit jours.

Un hommage discret

A l’image de Yohann Lavenaire, cet hommage s’est voulu discret avec quelques mots de ses proches. Le maire de Vitry-sur-Seine, sa cousine, sa compagne et ses camarades de la RATP se sont succedés pour parler de cet homme tragiquement disparu. Regardez le reportage d'Henri Hélie et Philippe Hernando :

Hommage à Yohann Lavenaire

 


Pris à partie dans une cité de Vitry

Le 24 septembre dernier, à 2h du matin, accompagné de son épouse, Yohann Lavenaire, machiniste à la RATP, ramenait son beau-frère chez lui, quand la voiture a été la cible de "jets de projectiles". Ce Martiniquais de 33 ans "est alors sorti de son véhicule et a été pris à partie", a indiqué le Parquet. Il a alors été victime d'un tir, "vraisemblablement d'arme à feu".

Il a succombé à ses blessures

Yohann Lavenaire est alors remonté alors dans le véhicule et il s'est effondré. Sa conjointe, ainsi que son beau-frère, l'ont fait sortir. Selon Le Parisien, ils ont alors été frappés à leur tour par les agresseurs. A leur arrivée, les pompiers ont trouvé la victime en arrêt cardio-respiratoire. Le Martiniquais de 33 ans, résidant à Malakoff dans les Hauts-de-Seine, a rapidement succombé à ses blessures.