En Chine, l’agence d’informations Antaike rapporte que les carnets de commande des usines d’acier inoxydable du pays ont des carnets de commande remplis. Autre bonne nouvelle rapporte le négociant Marex Spectron, « les stocks de nickel raffinés chinois sont passés de 200 000 à 130 000 tonnes ».

L’agence chinoise Antaike, qui est spécialisée dans l’évolution du marché asiatique des matières premières, envisage une progression des cours du métal qui pourraient atteindre, selon elle, 12.000 dollars par tonne en septembre. La Chine devrait continuer à soutenir la demande pour les métaux industriels, et notamment le nickel, alors que les capacités de production vont diminuer.

A la City, les cours du nickel évoluaient en légère baisse mercredi à la bourse des métaux de Londres (LME), alors que ceux du minerai de fer passaient dans le rouge. L’alliage et les concentrés de nickel produits dans le monde entier, et notamment en Nouvelle-Calédonie, dépendent des prix fixés par le LME. Après avoir atteint un sommet de 11.885 dollars mardi, le nickel évoluait mercredi après-midi autour de 11.607 dollars, en baisse de 1,02 %.