Jusqu'à 10 ans de prison pour un trafic de cocaïne depuis la Guyane

Palais de justice de Bobigny
© Maïté Koda | Palais de justice de Bobigny

Le tribunal correctionnel de Bobigny a condamné, vendredi 7 juillet, dix personnes, dont plusieurs "mules" ayant participé à un vaste trafic de cocaïne entre l'Hexagone et la Guyane. Le "cerveau" a écopé de 10 ans de prison.

La1ère.fr (avec AFP) Publié le , mis à jour le

Une équipe de trafiquants qui importait en métropole de la cocaïne depuis la Guyane a été condamnée, vendredi 7 juillet, à de lourdes peines d'emprisonnement, à la différence des "mules" qui étaient chargées de la transporter "in corpore".
 
Cinq hommes et cinq femmes étaient renvoyés devant le tribunal correctionnel de Bobigny pour ce trafic international, démantelé en février 2016 avec l'arrestation de deux passeuses à leur arrivée à l'aéroport d'Orly, à l'issue de six mois d'une enquête associant filatures et écoutes téléphoniques.
 

Cocaïne du Suriname

Vendredi, à l'issue de trois jours d'audience, le tribunal a condamné le cerveau de ce trafic à une peine de 10 ans d'emprisonnement, conforme aux réquisitions, et 50.000 euros d'amende. Natif du Surinam, cet homme de 31 ans, multirécidiviste, achetait "la blanche" dans ce petit pays voisin de la Guyane considéré comme un narco-État.
 

Plusieurs mules

Pour faire passer la cocaïne en métropole, il recourait aux services de jeunes femmes qui, moyennant 3 à 4.000 euros selon les quantités, transportaient la drogue par avion, conditionnée dans des capsules qu'elles ingéraient ou introduisaient dans leur vagin.
 
Son principal complice, un Guyanais de 34 ans lui aussi déjà condamné à plusieurs reprises, a écopé de huit ans de prison, la peine requise par le parquet. Cet homme à la coiffure rasta avait nié farouchement sa participation à un quelconque "trafic international", admettant seulement avoir fait "deux ou trois reventes" pour financer sa consommation personnelle.
 

Implications diverses

D'autres prévenus impliqués à divers degrés (fourniture, logistique, revente, recrutement) dans ce trafic qui pouvait rapporter jusqu'à 900.000 euros par mois ont été condamnés à des peines de 4 et 5 ans ferme ou quatre ans, dont deux avec sursis.
 
Un mandat d'arrêt a été émis contre un Marocain de 42 ans, qui écoulait la cocaïne à Saint-Denis, et une Brésilienne de 19 ans à qui la justice reprochait d'avoir recruté activement des passeuses.
 
Quant aux deux "mules" qui avaient été interpellées à leur descente de l'avion, l'une, en détention provisoire depuis 17 mois, devrait sortir rapidement de prison. L'autre, une mère de quatre enfants qui avait accepté ce "travail" pour rembourser ses dettes, a été condamnée à une peine aménageable qui lui évite la prison.